Immo Palast

Blog personnel sur l'immobilier français

Catégorie : Locations vacances

Acheter une villa à Metz : pourquoi passer par une agence immobilière

Metz est l’une des villes de France les plus prisées non seulement en raison de la richesse de son patrimoine touristique, mais également de l’attractivité de son marché immobilier. Opter pour l’achat d’une villa dans cette région pourrait par conséquent se révéler comme un choix très judicieux. Aussi pour s’assurer de bien faire sa transaction immobilière il serait préférable de choisir une agence immobilière pour les formalités. Voici les avantages associés à un tel choix !

Une estimation juste de la valeur du bien

Les prix fixés pour les ventes de logements entre particuliers ne tiennent pas toujours compte des tendances du marché immobilier. Ce qui n’est pas le cas quand on décide de recourir à une agence immobilière Metz. En effet, avec l’aide de ce genre de structure, le prix de vente se fixe en tenant compte de plusieurs paramètres. Au nombre de ceux-ci figurent : l’emplacement du logement, son état et les services à proximité. L’objectif visé ici étant de trouver rapidement un client prêt à acheter une villa à Metz. L’agence mise donc sur l’attractivité du prix pour conclure l’affaire et récupérer ses honoraires.

La garantie de trouver la villa de ses rêves

En plus des prix attrayants qu’elles proposent, les agences immobilières aident aussi leurs clients à trouver la villa qu’ils recherchent. Elles disposent en effet, d’une base de données contenant plusieurs offres immobilières. Le client se verra donc proposer, en fonction des besoins exprimés, les logements susceptibles de combler ses attentes. Il s’en suit généralement des visites guidées qui peuvent déboucher sur la signature d’un contrat d’achat avec le négociateur immobilier. Il est à préciser que ce contrat renseigne sur les caractéristiques de la villa, son prix et les honoraires de l’agence.

Gain de temps considérable

Le processus d’achat d’une villa, qu’elle soit neuve ou ancienne, peut être assez long. Autant donc, confier les démarches à un professionnel pour être sûr de gagner du temps. Tout ce qu’il y a lieu de faire, c’est de bien définir les critères que doit respecter la résidence et de bien spécifier le budget dont on dispose. L’agence se charge alors de trouver les logements qui y correspondent et organise des visites. Pendant ce temps, le futur propriétaire peut se consacrer à d’autres tâches plus urgentes. En plus, l’agent immobilier se charge de la négociation du prix.

Des garanties offertes

Avec les agences immobilières, la garantie de la viabilité de l’investissement est toujours offerte. Non seulement le prix est bon, mais les documents attestant du titre de propriété sont remis. L’agence s’occupe certes de rédiger les actes de vente, mais c’est devant un notaire que se fait la signature. En plus, il y a plus de facilités à obtenir certaines aides pour la concrétisation du projet immobilier.

Passer par une agence pour l’achat d’une villa à Metz ou ailleurs peut être très avantageux. Mais pour être sûr de bénéficier des meilleures prestations, il faut bien choisir son agence immobilière.

Location courte durée : est-ce encore le moment d’investir ?

Dans le pays le plus visité du monde, il est difficile de croire que la location de courte durée n’est plus attrayante. En effet, récemment, plusieurs lois semblent avoir durci la donne. Certes, cela parait effrayant, mais en adoptant certaines stratégies d’investissement, il est toujours temps d’acheter pour louer assidûment.

Ce n’est pas la fin des investissements lucratifs

La pierre est et demeurera toujours un investissement sûr. Et même si la fiscalité change, elle est infime dans la part du budget alloué à une acquisition d’un bien. Cette solution apparaît comme la plus rentable aujourd’hui, comme cela est expliqué sur immobilier-meuble.fr. Les études sont très claires sur ce principe, le bail ponctuel reste jusqu’à trois fois plus lucratif que le locatif traditionnel. C’est le cas dans nos belles agglomérations françaises, qui sont les plus arpentées d’Europe. Effectivement, les charges et les prix ont augmenté. Cependant, le rendement locatif moyen demeure très correct et progresse selon sa situation géographique. Donc, dans une conjoncture où les marchés financiers font grise mine, cette solution persiste, par sa flexibilité et les taux de crédits en baisse. Et, un crédit amortit ce projet. De plus, un logement locatif de courte durée offre des avantages non négligeables. Il autorise une réduction d’impôt (loi Pinel, Censi-Bouvard ou LMNP), une capitalisation, un futur appoint à la retraite. Mais attention, la stratégie consiste à éviter les métropoles à flux tendu où les prix à l’achat sont excessifs.

Les logements concernés par la location courte durée

La réservation saisonnière reste lucrative dans les métropoles. On transforme de nombreux immeubles de locations nues, en bâtiments d’habitations meublées de courtes durées. Elles font le bonheur des touristes ou des actifs de passage, pour des missions ponctuelles. Il s’agit de Loueurs en Meublé Non Professionnel (LMNP) ou de Loueur en Meublé Professionnel (LMP). On y retrouve bien évidemment une partie de résidence principale, des habitations meublées saisonnières, des chambres d’hôtes ou des gîtes et des logements d’étudiants.

Les changements inquiétants dans la législation

Nul ne peut ignorer la loi et, depuis 2018, tout citoyen souhaitant louer un bien, doit le signaler à la mairie de sa commune. L’urbanisme remet un numéro d’enregistrement qui doit figurer sur toutes les annonces en ligne. Avec une demeure principale, cette pratique est autorisée pour une durée de 120 jours. Pour une résidence secondaire, le plafond n’existe pas. Cela a entraîné une chute radicale des biens à la location pérenne. La loi Élan de 2019 accorde à une mairie le droit d’exiger le changement d’usage. Ainsi, l’activité peut être refusée. Ensuite, certaines municipalités souhaitent une surface de compensation. Si vous louez 50 mètres carrés qui ne se situent pas dans votre habitation habituelle, vous devez acheter un espace similaire, dans du locatif, non meublé. Attention, certaines villes peuvent solliciter le double de la superficie. Enfin, la taxe de séjour devient un montant forfaitaire calculé sur le prix de la nuit, entre 1 % et 5 %, selon où est situé le bien. Et la loi pour une République numérique autorise les sites de locations à transmettre les revenus des propriétaires à l’administration fiscale.

Pour une optimisation de la location courte

Voici des conseils à considérer. D’une part, adopter une vision d’ensemble sans se fourvoyer dans les nouveautés fiscales et administratives. Estimer les travaux envisagés, négocier, anticiper les loyers et prévoir les frais supplémentaires permettent d’être rassuré. D’autre part, il faut souligner les avantages de ces locations à court terme. Le risque de dégradations est limité avec des touristes de passage. Enfin, la possibilité de récupérer son habitation à chaque fin de location ponctuelle sans attendre trois années semble très appréciable. Ainsi, cela est toujours d’actualité d’investir dans du locatif de courte durée, dans des agglomérations attractives et moyennes. Car les prix restent raisonnables.

Location meublée: les lois qui arrangent les locataires

Il existe de puis quelques temps, une loi qui encadre ce secteur longtemps laissé à l’inspiration des propriétaires. Il s’agit de la loi Alur, qui apporte quelques mesures pour encadrer cette forme de location. Ses dispositions sont déjà effectives, et s’articulent autour de points bien précis. Il existe également une liste d’équipements mis à disposition, qui est entrée en vigeur dès le 1er septembre. Tout cela est consigné dans le décret publié le 5 aout, et qui porte mention de ces différents équipements obligatoires.

Continue reading

© 2020 Immo Palast

Theme by Anders NorenUp ↑